AccueilActualitésLe Palmarès du Prix Média 2019

Le Palmarès du Prix Média 2019

La soirée du prix média a eu lieu le 20 juin, Les émissions télévisées sur la protection de l’enfance ont été primées. Quatre catégories sont récompensées : jeunesse, fiction, documentaire tourné en France et documentaire tourné à l’étranger.

CATÉGORIE JEUNESSE

Mention pour « Les Mini-justiciers »

Réalisateurs : Raphaël Lamarque en collaboration avec Prakash Topsy

Auteur : Anne-Claire Lehembre

Production : Futurikon

Diffusion : TF1

Le jury a souhaité saluer la longévité de ce programme qui apporte une vision de la diversité et des droits de l’enfant, en traitant des problématiques proches de leur vécu. L’altérité, la différence, la prévention et la lutte contre les préjugés sont abordées de façon ludique, fantaisiste mais néanmoins efficace pour un jeune public.

CATÉGORIE FICTION

Prix de la Fiction pour « Le jour où j’ai brûlé mon cœur »

Réalisateur : Christophe Lamotte

Auteurs : Nathalie Hug, Alexandra Julhiet, Anne Rambach, Marine Rambach

Production : Ango Productions

Diffusion : TF1

Ce film, à travers la force d’identification de la fiction, met en lumière le harcèlement dont sont victimes de nombreux jeunes et les dégâts qui en découlent, les conduisant parfois à des gestes désespérés. Au quotidien, les enfants vivent une souffrance méconnue de leur entourage, tant familial que scolaire. Elle est mise en évidence dans ce film, porté par des acteurs impliqués, à contre-courant de leur registre habituel. S’adressant au grand public, cette fiction devrait être largement diffusée car elle fait œuvre de prévention.

Mention pour « La révolte des innocents »

Auteur-Réalisateur : Philippe Niang

Production : K’ien Productions, avec la participation de France Télévisions, du CNC et de TV5 Monde

Avec le soutien de la région Bourgogne Franche-Comté

Diffusion : France 3

La médiatisation de cette affaire judiciaire, l’affaire Landrin, en 1911, a permis la création des tribunaux pour enfants. Elle fait écho aux débats actuels sur les carences institutionnelles. Tiré d’une histoire vraie très romancée, s’appuyant sur des recherches historiques et une mobilisation citoyenne, ce film traite de violences dans les institutions censées prendre soin des enfants. Un siècle plus tard, sous d’autres formes, elles sont encore présentes.

CATÉGORIE DOCUMENTAIRE TOURNÉ EN FRANCE

Prix ex-æquo pour « Pédophilie, un silence de cathédrale »

Auteur-réalisateur : Richard Puech

Production : CAPA, avec la participation de France-Télévisions

Diffusion : France 3

Ce documentaire présente une analyse approfondie des situations auxquelles sont confrontées les victimes. La diversité des témoignages et l’impunité insolente des prédateurs au sein de l’Église sont ici exposées de façon magistrale. Il faudra que justice soit véritablement rendue, en faveur de ceux qui ont subi, précisément de la part d’hommes d’Église, un véritable enfer.

Prix ex-æquo pour « Itinéraire d’un enfant placé »

Auteur-réalisateur : Ketty Rios Palma

Production : 416 Prod

Diffusion : ARTE et France 3 Pays de la Loire

Ce bouleversant documentaire est récompensé pour la qualité du traitement et la clarté de la démonstration : un adolescent dont la mère, incarcérée de longues années, et qui tente difficilement de reprendre sa place, est confronté à un parcours affectif douloureux, entre rupture avec la famille d’accueil qui l’a élevé, et recréation d’une relation avec une femme carencée. Le constat des décisions qui ont été prises, à total rebours de l’intérêt supérieur de l’enfant, fait très mal.

Mention pour « N’en parle pas, c’est un secret »

Auteur-réalisateur : Fanny Fontan

Production : Comic Strip Production, avec la participation de France 3/L’Heure D, France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur

Diffusion : France 3

Ce documentaire très construit montre avec pudeur et respect l’évolution et le parcours de victimes d’inceste à travers leurs témoignages dans un groupe de parole d’adultes. Il permet de réaliser à quel point le « viol en famille » aggrave le drame causé par la pédocriminalité. Les victimes parlent d’un lourd secret souvent impossible à lever.

Mention pour « Les Accueillants »

Réalisatrice : Sylvie Perrin

Auteurs : Sylvie Perrin et Raphaël Ruffier-Fossoul

Production : Cocottes minute

Diffusion : France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Le jury a été touché par l’engagement citoyen auprès de mineurs exilés, livrés à eux-mêmes, victimes des lenteurs administratives ou de rejet de dossier. Ces « accueillants » comblent les carences institutionnelles en assurant au quotidien un cadre familial, affectif et matériel dont ces jeunes privés d’adolescence ont tant besoin.Ils leur permettent de trouver répit et cadre rassurant.

CATÉGORIE DOCUMENTAIRE TOURNÉ À L’ÉTRANGER

Prix ex-aequo pour « Les survivantes de Boko Haram »

Réalisatrice : Gemma Atwal

Production : Blakeway Productions

Diffusion : ARTE

Ce documentaire analyse la manière dont l’État nigérian a privilégié et mis en valeur le retour de quelques-unes des jeunes filles de Shibok enlevées par Boko Haram, en 2014. En arrière-plan, on comprend qu’une deuxième violence est faite à ces jeunes filles devenues femmes, leur interdisant d’évoquer le drame qu’elles ont vécu et passant sous silence le sort de celles d’autres villages, n’ayant pas bénéficié de la même couverture médiatique.

Prix ex-aequo pour « Les enfants fantômes, un défi pour l’Afrique »

Réalisateur : Clément Alline

Auteur : Dominique Tchimbakala et Clément Alline

Production : La compagnie des Taxi-Brousse et LCP-Assemblée nationale

Diffusion : LCP-Assemblée nationale

Ce documentaire, tourné au Sénégal, met l’accent sur le droit fondamental de posséder une identité sociale : le droit d’être et de faire la preuve que l’on est. Cette situation aberrante concernerait 230 millions d’enfants dans le monde, privés de citoyenneté, de scolarisation et de leurs droits les plus élémentaires. Les carences des États interrogent sur leurs motivations profondes conduisant à ces failles institutionnalisées dans la tenue des registres d’état civil.

Mention pour « Trafic d’enfants au cœur de l’Europe »

Réalisatrice : Sylvia Nagel

Auteures : Sylvia Nagel et Sonya Winterberg

Production : Medienkontor Winterberg & Nagel

Diffusion : ARTE

Évoquant toutes les facettes des trafics de mineurs, ce film montre que des enfants ne sont pas des sujets de droit mais des objets que l’on peut exploiter, vendre, échanger. Lorsque l’on s’en donne les moyens, il est possible de remonter et de traduire les responsables de réseaux de traite d’enfants, au niveau européen. L’absence de sanctions sévères et dissuasives à l’encontre des prédateurs et des trafiquants est révoltante.

Mention pour « L’église face aux scandales pédophiles »

Réalisateur : Jesus Garces Lambert

Auteurs : Lucio Mollica, John Dickie, Vania Del Borgo

Production : GA&A Productions

Diffusion : ARTE

Enquête très richement documentée menée par un historien à travers différents pays, ce travail d’analyse expose les mécanismes cyniques et écœurants de protection de l’Eglise face aux scandales pédophiles. Les systèmes utilisés, sciemment, pour tenter de réduire au silence les victimes trouve un écho mondial dont nous commençons seulement à percevoir l’ampleur et la récurrence.

Mention spéciale pour « Les enfants du port, survivre »

Auteur-réalisateur : Daniel Grandclément

Production : DGP

Diffusion : France Ô

Le jury a souhaité décerner une mention spéciale pour Les enfants du port, survivre. Fidèle à son éthique, Daniel Grandclément suit dans ce deuxième reportage, les enfants dont nous avions fait la connaissance dans Les enfants du port, déjà récompensé en 2017. On découvre avec émotion leur situation actuelle et le destin tragique de certains.

PRIX SIMONE CHALON DE LA PERSONNALITÉ REMARQUABLE

Simone Chalon, présidente d’Enfance Majuscule pendant plus de 40 ans, chevalier de la Légion d’honneur, a lutté toute sa vie contre les violences faites aux enfants. Nous avons fait le choix de ce prix, car nous sommes convaincus que le combat d’une personnalité remarquable pour son action en faveur des droits de l’enfant, doit être mis en lumière d’une manière spécifique.

Sébastien Boueilh, « Silence dans les vestiaires »

Réalisation : Un reportage d’Alice Gauvin, Elise Menand, Emilie Gouveia-Vermelho et Loup Krikorian

Production : France Télévisions

Diffusion : France 2

Sébastien Boueilh parcourt sans relâche les clubs sportifs, quelles que soient les disciplines, afin de mettre en garde les enfants et les éducateurs sur les dangers de laisser s’infiltrer au sein de ces structures, les prédateurs en tout genre. Lui-même victime dans son enfance, a très à cœur de protéger les enfants et consacre son temps et son énergie à cette mission. Sa force de conviction, son attention aiguisée à la protection de l’enfance font de lui la personnalité remarquable au sens du Prix Simone Chalon.