AccueilActualités« Petits mais costauds ! », un livre pour redonner confiance à nos enfants

« Petits mais costauds ! », un livre pour redonner confiance à nos enfants

Dès leur naissance, les enfants sont des êtres de communication. Ils sont petits, certes, mais véritablement costauds, pour peu qu’on leur donne des outils pour apprendre à se préserver émotionnellement et humainement. C’est la bientraitance mise en acte.

« Dès leur naissance, les enfants sont des êtres de communication. Ils sont petits, certes, mais véritablement costauds pour peu que l’on prenne soin d’eux. Parler avec eux le langage de la négociation et de la gestion des conflits, mesurer les enjeux de toute relation, leur donner des outils pour apprendre à se préserver émotionnellement et humainement, tel est le pari de l’association ADN Kids, et pour moi, l’essence même de ce qui devrait être mis en œuvre dans tout modèle éducatif, partout dans le monde, et de tous temps. C’est la bientraitance mise en acte.

Plus qu’un modèle de prévention, c’est un mode de vie différent qui nous est proposé dans cet ouvrage, en donnant aux enfants les moyens d’explorer le monde, LEUR monde, celui qu’ils se créent lorsque celui qu’on leur propose s’avère trop violent. Se connaissant mieux eux-mêmes, et sachant exprimer sans crainte leurs émotions, ils sauront mettre en place une autre manière de construire la relation, et d’acquérir une précieuse estime d’eux-mêmes…

Julie Crouzillac est un modèle d’ouverture sur le monde. Son attention aux autres, et son intuition font de cette jeune femme un être profondément empathique. Le changement radical, constructif et durable observé dans les pratiques de celles et ceux qui ont eu la chance d’approcher ADN kids est exposé clairement dans cet ouvrage, antidote puissant à la violence du monde.

Les auteur·e·s nous fournissent des clés ; à nous tou·te·s de les utiliser dans la création de relations empathiques. Cet élan serait, sans aucun doute, un si grand pas pour l’humanité, que cela ne devrait pas être négociable ! »

Extrait de la préface de Patricia CHALON