AccueilActualités30 ans du Rire Médecin : Regards Croisés sur les bénéfices thérapeutiques des clowns hospitaliers en pédiatrie

30 ans du Rire Médecin : Regards Croisés sur les bénéfices thérapeutiques des clowns hospitaliers en pédiatrie

Depuis 30 ans, le Rire Médecin intervient auprès de dizaines de milliers d’enfants malades et démontre, chaque jour, que la stimulation de l’imaginaire, l’humour et la fantaisie ont bel et bien leur place à l’hôpital.

Le Rire médecin organisait, mardi 22 juin dernier, sa première conférence virtuelle de Regards Croisés. Pour ses 30 ans, l’association a souhaité revenir sur le parcours réalisé depuis sa création, et faire le point sur les bénéfices thérapeutiques apportés des clowns hospitaliers en pédiatrie.
Chaque année, 83 000 enfants sont hospitalisés. La volonté du Rire Médecin d’aller toujours plus loin, et l’écoute des attentes, a vu éclore de nombreux programmes et de nouvelles approches au fil des années.

Hospitalisation à domicile (HAD)

Dans le cadre de ce nouveau programme, conçu spécialement pour les enfants hospitalisés à domicile, le clown est exposé en tant que professionnel à l’intimité des familles. Ce n’est plus un endroit neutre, comme à l’hôpital.
En novembre 2017, une nouvelle unité du Rire Médecin a été déployée. Elle comptait 6 comédiens-clowns, une fois par semaine, auprès de 15 familles. Puis, en 2020, 16 familles, jusqu’à l’arrivée du confinement.
Force de créativité, les comédiens-clowns ont poursuivi leur travail en visioconférence, ce qui a mené à la création d’une 2ème unité. Aujourd’hui, les interventions se poursuivent, à la fois en présentiel et à distance.
Un questionnaire, auquel ont répondu 72 familles et 38 professionnels du Rire Médecin, ont permis d’avoir une vision plus claire des résultats de leur travail :
  • État émotionnel des enfants à l’arrivée des clowns : la grande majorité des enfants ont moins d’un an, et sont un peu surpris au départ. Parfois, un peu apeurés, désorientés, ou même en colère. D’autres sont plus calmes, ou excités.
  • Impact du travail des clowns vu par les familles : globalement très positif, « c’est un véritable apaisement pendant les soins pour tout le monde », « notre fille aime les mises en scène », « je suis moins stressée, du fait de voir ma fille se laisser faire », etc.
Les professionnels perçoivent également ce travail de façon très positive, car les soins sont plus faciles à apporter sur un enfant détendu grâce au rire.
Le rapport soignant/soigné est complètement différent à domicile. Il y a une adaptation de la manière de faire pour s’accorder, s’ajuster à l’organisation de la famille.
Les clowns constatent des « réactions plus merveilleuses encore des deux côtés, familles et clowns, dans le milieu naturel de l’enfant. Il y a une grande reconnaissance, le clown est reçu comme un cadeau, une solidarité. C’est très touchant ».
Prochaines étapes : le développement d’unités en obstétrique, et chez les adultes également.

Regard des pionniers : 30 ans de présence des clowns du Rire Médecin en Oncologie pédiatrique

Le Rire Médecin, c’est un autre regard sur l’hôpital, sur la manière de vivre l’hospitalisation. C’est s’ouvrir à d’autres façons de regarder la relation.
« Que tous ces aspects de coconstruction, mis en place depuis 30 ans, continuent d’évoluer. Ainsi, on continuera à se confronter au regard d’autrui, et à progresser pour mieux faire pour les enfants et leur familles » s’exprime le Dr Dominique Valteau-Couanet.
Au service du bien-être de tout le monde, la difficulté reste, pour les comédiens-clowns, de créer une proximité tout en maintenant une distance nécessaire : c’est ce que l’on appelle également « l’empathie distanciée ».
« La grande force des comédiens, c’est le jeu », explique Christel Poher, comédienne-clown, « la première chose qui les protège c’est leur nez et leur costume. Ils restent des comédiens, non des soignants ». Les soignants, beaucoup plus impactés, forment une équipe nécessaire avec le Rire Médecin.
Pour pallier le manque de formation en communication auprès des jeunes médecins, des ateliers de simulation à l’annonce de mauvaises nouvelles ont été créés, en partenariat avec des comédiens-clowns et des professeurs en services internes. Un programme, monté à Tours, propose une formation avec des comédiens pour augmenter le réalisme de ces simulations inspirées de faits réels.
On y cultive, toujours avec un regard bienveillant, la notion d’empathie, on apprend à travailler ensemble avec des corps de métiers différents. La formation est un lieu d’échanges entre professionnels, des rencontres, un environnement d’apprentissage sécurisant pour tout le monde, et pour améliorer le vécu des familles.

L’Ordre National du Mérite a été remis par le Pr Alain Fischer à Mme Caroline Simonds, fondatrice du Rire Médecin